Multilogement / Commerciaux

Toujours à l'affût des
meilleurs taux hypothécaires
pour vous!

Avec courtier / Sans courtier

6 décembre 2017, La Banque Centrale du Canada garde son taux directeur inchangé

MAIS EST-CE QUE LA RÉSERVE FÉDÉRALE AMÉRICAINE PEUT INFLUENCER LES PROCHAINES ÉVALUATIONS?

Comme vous le savez la semaine dernière (6 décembre 2017), la Banque du Canada n’a pas haussé son taux directeur. Sa prochaine réunion est pour le 17 janvier prochain.

Le taux n’a pas augmenté, mais comme la Réserve Centrale Américaine fait aussi l’annonce de ses directives cette semaine, voici une mise en perspective.

Les données relatives à l’emploi au Canada et aux États-Unis ont suscité beaucoup d’enthousiasme parmi les observateurs du marché et les économistes.

En novembre, il s’est créé près de 80 000 emplois au Canada. La prévision était d’à peine 10 000. Le taux de chômage a baissé de 40 points de base pour s’établir à 5,9 % – son niveau le plus bas des neuf dernières années. Aux États-Unis, la création de 228 000 emplois a fait chuter le chômage à son taux le plus bas des 17 dernières années, soit 4,1 %.

Aux États-Unis, tout semble être en place pour que la Réserve fédérale décrète une hausse de son taux directeur lors de sa réunion cette semaine. Ici, toutefois, « prudence » est devenue le mot d’ordre de la Banque du Canada. Si vous préférez, c’est le statu quo. Les attentes initiales d’une hausse des taux d’intérêt se sont rapidement dissipées et une montée de la valeur du huard s’est volatilisée tout aussi rapidement.

PLUS D’EMPLOIS = PLUS DE SALAIRES = HAUSSE DES TAUX D’INTÉRÊTS (HABITUELLEMENT)

La croissance de l’emploi s’accompagne habituellement d’une croissance des salaires, ce qui a généralement pour effet d’accroître l’inflation et, donc, de hausser les taux d’intérêt. Ce n’est pas ce qui se produit actuellement. Pour le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, c’est une « zone idéale » sur le plan économique. Des emplois sont créés dans une conjoncture où le nombre d’emplois à combler continue d’augmenter. Il n’y a aucun resserrement du prétendu marasme économique.

Tant que ce demeurera le cas, il faudra probablement l’apport de forces extérieures – comme des hausses de taux aux États-Unis – pour déclencher des hausses de taux ici au Canada.

Alors les augmentations de taux aux États-Unis  auront-elles raison d’augmentation future du taux directeur au Canada ??? 

Serge Lafrenière Courtier hypothécaire performance

Cet article est signé par Serge Lafrenière

Courtier immobilier et hypothécaire agréé
Propriétaire et dirigeant d'agence

Pour plus d'informations.

Contactez-moi

Tout à un clic



"Dans le confort de votre foyer, planifiez tout ce qui concerne votre hypothèque"

Demandez les services d'un courtier maintenant

Pour demander les services de nos courtiers hypothécaires accrédités afin de vous choisir le prêt hypothécaire qui vous convient le mieux.