Blogue

Crédit et finances pour hypothèque
Les banques canadiennes forment-elles un oligopole?

En tout cas, c’est ce qu’affirme Scott Davie, propriétaire de Davie Real Estate dans son dernier livre  The GTA Affordable Home Ownership Crisis. Une partie de son argumentaire repose sur la nouvelle ligne directrice B-20 du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) qui rend plus difficile le changement d’institution financière pour le renouvellement de prêt hypothécaire ou le changement d’institution financière pour votre prêt hypothécaire.

 

Calum Ross , expert en ressources de levier et courtier VERICO auprès du Groupe de gestion des hypothèques, pense également que les banques canadiennes sont un oligopole.

«Le pouvoir et le contrôle du marché de nos banques sont immenses et l’impression générale des banques canadiennes est qu’il s’agit d’une licence pour imprimer de la monnaie, car si vous entrez dans le Big Six, elles divisent tout, des opérations en coulisse aux règles de crédit communes», dit Ross. «Si vous juxtaposiez la définition de l'oligopole et le monde bancaire canadien, vous auriez de la difficulté à dire que nous avons un système avec suffisamment de variété et de concurrence […] cela étouffe l'innovation."

 

Une nuance au niveau du rôle du BSIF dans l’oligopole

M. Ross ne croit toutefois pas que le BSIF ait agi de manière inappropriée en introduisant le B-20. Il a souligné son point de vue en évoquant l'effet de richesse, selon lequel les gens dépensent plus d'argent en raison de leur richesse accrue. Il a ajouté que trop de Canadiens utilisent leur résidence principale comme des guichets automatiques.

«Même si nous n'aimons peut-être pas certains des changements apportés à la SCHL, ces changements étaient nécessaires, car nous, en tant que contribuables, sommes actionnaires de ces prêts assurés», a déclaré M. Ross. «De manière générale, je pense que les démarches entreprises par le BSIF, la SCHL et d'autres assureurs à ratio élevé étaient nécessaires et la seule chose que nous puissions faire pour nous protéger de nous-mêmes.»

 

Les coûts pour changer de prêteur hypothécaire sont considérables

On appelle coûts de commutation les dépenses nécessaires encourues par les clients pour passer d'un fournisseur à un autre. En plus des coûts monétaires, il faut considérer le temps nécessaire. Sous cette considération, les coûts de commutation des institutions financières canadiennes sont considérables. Les canadiens sont très loyale en matière de choix banque. Sur 100 canadiens, il faut 25 ans à chaque personne pour changer de banque. Cette statistique est tirée d’une enquête de Yahoo, qui montre que seulement 19% des canadiens ont changés de banque sur une période de 5 ans. Les grandes banques opèrent dans un oligopole réglementé qui offre aux clients des alternatives limitées. En plus des offres comparables entre les banques, les pénalités de départ et le fait d’avoir à se requalifier pour un prêt hypothécaire refroidissent les envies de changer. Dans ce contexte est-ce que la fidélité des clients est vraiment un choix?

 

Cinq banques contrôlent à peu près 90% des actifs financiers au Canada

  1. La Banque Royale du Canada (Tor., RY),
  2. la Banque Toronto-Dominion (Tor., TD),
  3. la Banque Scotia (Tor., BNS),
  4. la Banque de Montréal (Tor., BMO)
  5. et la Banque canadienne impériale de commerce (Tor., CM).

 

Pour les investisseurs en quête de dividendes croissants offerts par des entreprises avec un excellent historique en la matière, rien de tel que le secteur bancaire canadien, avance-t-on sur le site participatif d’analyse financière Seeking Alpha.

Sans être un conseil de placement, le site présente des chiffres sans équivoquent pour ce qui est des capacités quasi inépuisable des grandes banques canadiennes à verser des dividendes à leurs actionnaires. La capacité de rétention des clients et une concurrence relativement absente explique en bonne partie ce succès financier.

 

Des alternatives aux grandes banques pour son prêt hypothécaire?

Oui, plusieurs compagnies offrent maintenant le service de prêt hypothécaire;  les prêteurs virtuels, les prêteurs privés, les compagnies d’assurances et autres. Chez Performance Hypothécaire par exemple, nous traitons avec 22 institutions qui font du prêt hypothécaire. En plus d’offrir des taux intéressant pour se positionner sur le marché, ces compagnies offre généralement des conditions plus favorable au client. Par exemple, les paiements anticipés et plus de facilité en cas de changement d’institution. Communiquez avec nous pour évaluer quelles serait les meilleures conditions de prêt pour vous.

Serge Lafrenière Courtier hypothécaire performance

Cet article est signé par Serge Lafrenière

Courtier hypothécaire agréé
Propriétaire et dirigeant d'agence

Pour plus d'informations.

Contactez-moi

NOUS SOMMES MEMBRES DE