Que penses la Banque du Canada de l’économie Canadienne en période de pandémie?

Banque du Canada en Pandémie

Nous saurons demain (mercredi) ce que pense la banque du Canada de l’économie actuelle. En plus de sa décision sur les sur les taux au jour le jour, le nouveaux directeur Tiff Macklem présentera son rapport sur la politique monétaire qui devrait nous donner une vision plus détaillée de l’économie actuelle et de ce qui s’en vient au Canada. 

 

PAS DE CHANGEMENT DE TAUX DIRECTEUR À PRÉVOIR

Disons que ce serait une grande surprise si la Banque annonçait un changement de taux demain. Il est déjà au plus bas taux qu’elle jugent acceptable (0,25%). Il a déjà été annoncé  que notre Banque Centrale ne veut pas aller à un taux zéro comme d’autres l'ont fait et l’économie, selon les dernière statistiques, ne semble pas assez forte pour penser à l'augmenter. 

 

LA PRODUCTION A DIMINUÉ SELON STATISTIQUES CANADA

Statistique Canada rapporte que la production a diminué de près de 20 % en mars et avril, dans les semaines qui ont immédiatement suivi la décision des gouvernements du pays d’imposer le confinement pour freiner la propagation de la COVID-19.  

La Banque pourra nous donner un beau portrait de ce qui vient de se passer. Pour les prévisions par contre, elle risquent d’être beaucoup moins précise en raison de la partie biologique du problème. (résistance, vaccins, médicament). Plus difficile à prévoir pour des économistes.

En se fiant strictement au chiffres, la Banques pourra se montrer plutôt positive. Les données du deuxième trimestres auraient pu être pires et juin montre des indices économiques des plus encourageant au niveau de l’emploi et de l’immobilier. 

 

UN MILLION DE NOUVEAUX EMPLOIS EN JUIN AU CANADA

Pour être plus exacte c’est 953 000 emplois soit 488 000 à temps plein et 465 000 à temps partiel. Bien au delà des 700 000 espérés par les économistes. Toutes les provinces sont en gain au niveau de l’emploi. Le Québec a récupéré la moitié des emplois perdus en raison de la lutte contre la COVID-19. La Banque du Canada à abaisser les taux pour s’assurer du maintien de l’économie, dans un contexte où les emplois reprennent, elle devrait nous présenter cette information sur une note très positive.

 

IMMOBILIER ET LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES EN ACCÉLÉRÉ

Après une période de calme directement reliée aux arrêt de service pour aplatire la courbe des personnes atteintes par la COVID-19,   la demande des acheteurs a bondi dès que les contraintes ont été  levées.  Comme l’offre ne suffit pas à la demande, dans plusieurs villes, le prix moyen des immeubles à augmenter. Pour les grandes villes Canadiennes les chiffres sont étonnants :

  • À Montréal, les ventes ont augmenté de 16 % et les prix, de 6,0 %;

  • Toronto affiche une augmentation de 1,4 % des ventes et une hausse de 12 % du prix moyen;

  • Vancouver ont augmenté de près de 18 % et les prix, de 3,5 %;

  • À Ottawa, légère baisse des vente  de 1,4 %, mais le prix moyen a aussi augmenté (17 %)

Les emprunts augmentent et ce n’est pas seulement en raison des taux d'intérêts très bas. Est-ce que l’on pourra bientôt parler de reprise économique? Ce serait quand même bien que la Banque centrale se prépare déjà à une reprise.

 

CONCLUSION 

Nous le constatons en période de pandémie, les institutions ont un rôle important à jouer. La Banque du Canada nous à habituer à nous donner l’heure juste sur la situation économique au Canada. Nous avons particulièrement hâte de savoir ce qui en est demain. 

NOUS SOMMES MEMBRES DE