Taux directeur inchangé, le Canada impliqué dans la Guerre commerciale sino-américaine

 

Taux directeur et conflit commerciaux

L’annonce d’un taux directeur Inchangé n’est pas une grande nouvelle en soit. On ne surveille pas le taux directeur avec grande frénésie dans un contexte où ce genre de nouvelles se succède pour une raison simple, La Guerre commerciale sino-américaine. Mercredi dernier, le 29 mai c’était donc la même nouvelle, tant que cette guerre persiste, la Banque du Canada reste prudente et n’y va pas de son intention d’augmenter le taux directeur lorsque ce nuage sera passé.

 

LES ALLOCUTIONS DU GOUVERNEUR DE LA BANQUE DU CANADA APRÈS UNE RÉUNION D’ÉVALUATION DU TAUX DIRECTEUR.

Peu de temps après l’annonce sur le statut du taux directeur, nous surveillons les rencontres et allocutions du Gouverneur de la Banque du Canada. À titre de gouverneur, il assume les fonctions de président du Conseil d'administration de la Banque et il siège au Conseil d'administration de la Banque des Règlements internationaux (BRI). C’est généralement lui qui transmet les détails des choix du conseil d’administration et les rencontres suivantes sont souvent plus claires que le jour même de l’annonce.

Cette semaine les détails sont venus de la sous-gouverneure Carolyn Wilkins.

 

DES PRÉCISIONS SUR L’IMPACT DE LA GUERRE COMMERCIALE ENTRE LA CHINE ET LES ÉTATS-UNIS POUR LE CANADA

 « L’investissement est extrêmement important pour la rentabilité de l’ensemble de nos activités. » Or, « la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine assombrit non seulement les perspectives de croissance de ces deux pays, mais aussi celles de tous les autres »,  déplorait Carolyn Wilkins, première sous-gouverneure de la Banque du Canada devant devant les membres de la Chambre de commerce de Calgary jeudi dernier (30 mai).

Bien que l’économie canadienne se porte plutôt bien, « Le contexte autour des échanges commerciaux a toutefois aggravé le ralentissement mondial, et cela, au-delà de ce qui était attendu. Il est à l’origine d’une dégradation de la confiance des entreprises, qui en sont venues à repousser leurs décisions d’investissement dans nombre de pays, dont le Canada. Le ralentissement de l’investissement a également pesé sur le commerce mondial, les entreprises choisissant de retarder les dépenses nécessaires à l’accroissement de leurs capacités d’exportation. »

Plus directement, la Chine impose des restrictions sur certains produits canadiens. Le degré de détente monétaire offert par le taux directeur actuel à 1.75%  est « approprié » selon elle.

 

POUR CEUX QUI CROIENT QUE LE CANADA N’EST PAS IMPLIQUÉ

Le gouvernement chinois avait cette annonce vendredi dernier : « Nous espérons que le Canada pourra bien comprendre les conséquences de se compromettre pour les États-Unis et prendra des mesures immédiates pour corriger ses erreurs afin de s'épargner les conséquences de dommages croissants », a déclaré porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Geng Shuang lors d'une conférence de presse.

 

CONCLUSION POUR LES TAUX HYPOTHÉCAIRES

Bien que le secteur immobilier puisse bénéficier d’une baisse de taux, la Banque du Canada ne renonce pas à une éventuelle augmentation. Dans un contexte où les économistes surveillent de près les impacts de la guerre sino-américaine qui influence l’économie canadienne de plus près que nous l’aurions souhaité, la prudence est de conserver le statuquo. Comme, il serait étonnant que ce conflit se règle rapidement, nous pouvons penser que les prochaines annonces de la BdC seront du même ordre celle de mercredi (inchangé à 1,75%).  Les taux actuels demeurent très intéressants lorsqu’on y regarde de près. Un courtier hypothécaire d’expérience de Performance Hypothécaire peut vous aider à choisir selon votre situation.

Les plus récentes tendances hypothécaires

 

NOUS SOMMES MEMBRES DE