Tendances taux hypothécaires

Taux directeur toujours à 1.75% en raison des conflits commerciaux

Taux directeur et conflit commerciaux

La décision de la Banque du Canada n’a surpris personne aujourd’hui. On pouvait prédire que le taux directeur serait maintenu en ce 24 avril. Ce que les économistes attendaient par contre, ce sont les commentaires qui accompagnent cette décision. M. Stephen Poloz, le Gouverneur de Banque du Canada, nous a habitués à nous faire part des évaluations de l’institution à propos de l’économie canadienne en relation étroite avec  celle des États-Unis et de l’économie mondiale. On constate aujourd’hui que cette évaluation est plus faible que ce que  les prévisionnistes privés prédisent comme croissance.  

 

L’économie canadienne est un peu moins forte que prévu en raison des incertitudes politiques mondiales.

La Banque du Canada n’attend plus pour 2019, qu’une croissance réelle de seulement 1,2 %, alors qu’elle prédisait encore une expansion de 1,7 % en janvier et de 2,1 % en octobre.

Cette révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l'économie canadienne à la fin de 2018, avec une progression de 0,4% en rythme annuel au quatrième trimestre, et de chiffres décevants pour le début 2019.

"L'incertitude persistante liée aux conflits commerciaux a miné la confiance des entreprises et l'activité, ce qui a contribué à un ralentissement simultané dans un grand nombre de pays", a indiqué la Banque du Canada en allusion aux négociations commerciales menées depuis janvier entre les États-Unis et la Chine. Le retard dans la ratification du nouvel ALÉNA ajoute à cette incertitude.

"De nombreuses banques centrales ont réagi en signalant un rythme plus lent de normalisation de leur politique monétaire", rappelle la Banque du Canada.

 

Un redressement de l’économie dès la fin de 2019

Malgré les incertitudes, la confiance en l’économie mondiale n’est pas complètement perdue et le prix de certains produits de base comme le pétrole est en hausse, ce qui est toujours considéré comme une bonne nouvelle pour un Canada exportateur.

La Banque juge que "l'activité économique mondiale devrait se redresser au cours de 2019".

On peut donc se poser la question si le taux directeur pouvait être réévalué à la hausse à ce moment.

 

Notre banque centrale pense qu’il faudra tout de même augmenter le taux directeur

Malgré la stabilité du taux directeur ces derniers mois en raison de plusieurs révisions à la baisse de la croissance de l’économie Canadienne, la Banque du Canada croit toujours qu’il faudra l’augmenter bientôt. "Un taux directeur expansionniste demeure justifié"  a-t-elle déclaré. Pour évaluer le bon moment pour le faire, elle suivra de près "l'évolution des dépenses des ménages, des marchés pétroliers et des politiques commerciales mondiales".

 

Les acteurs du milieu de l’immobilier et de l’hypothèque de concert pour demander un peu de répit aux acheteurs immobiliers.

Les courtiers immobiliers et les prêteurs hypothécaires exercent des pressions pour obtenir un assouplissement de la simulation de crise plus sévère instaurée en 2018, dans l’espoir de restimuler le marché immobilier. On ne pense pas que ces pressions puissent influencer la Banque du Canada sur son taux directeur, mais ajuster la réglementation serait bienvenu.

 

Quelques nouvelles d’intérêts pour les investisseurs immobiliers

Même si la Banque elle-même ne prévoit pas ajuster le taux directeur en faveur des acheteurs immobiliers, certains éléments sont tout de même intéressants à prendre en note. Lors du dernier budget par exemple, il y avait des mesures pour soulager les investisseurs immobiliers et notre dernière tendance vous faisait part de certaines opportunités sur les taux fixes. Si vous souhaitez en discuter avec un courtier hypothécaire de Performance Hypothécaire, vous pourrez constater qu’avec l’expérience, on peut toujours voir les opportunités qui s’offrent à vous dans votre situation.

NOUS SOMMES MEMBRES DE