Tendances taux hypothécaires

Plus difficile de souscrire à une assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Suite aux prévisions très pessimistes qu’a fait la SCHL dans son analyse de l’impact de la pandémie sur le secteur immobilier, celle-ci avait annoncé une série de mesures visant la stabilisation de ses assurances prêt hypothécaires. Depuis le premier juillet, les premières mesures ont été mise en place par la SCHL et certains emprunteurs auront plus de difficulté à accéder à une assurance  de la Société canadienne d’hypothèque et de logement.

 

Voici les nouveaux critères de souscription à une assurance prêt hypothécaires de la SCHL:

• Les rapports d’amortissement brut de la dette (ABD) et les rapports d’amortissement total de la dette (ATD) qui étaient de 39% pour le premier et de 44% pour le second passe à 35% et 42%. Donc, la portion de votre revenu annuel brut qui est consacré au remboursement de l’hypothèque et des divers coûts de celle-ci devra être moins élevé à partir de maintenant.

• L’emprunteur (ou au moins un, s’ils sont plusieurs) devra avoir un pointage de crédit minimal de 680;

• Les sources non traditionnelles de mise de fonds qui augmentent l’endettement ne seront plus acceptées aux fins de l’assurance prêt.

 

La bonne nouvelle est que les règles de mise de fonds minimale n’ont pas été augmentés.

 

Le Canada a évité le pire selon la Banque du Canada

Le Canada a évité le pire selon la Banque du Canada

Publié le 3 juin 2020  

La présentation de la décision sur le taux directeur de la Banque du Canada, n’était pas attendu pour le taux lui-même car on se doutait bien qu'il devait demeurer à 0,25% (le plus bas possible). La chose à savoir était ce que pense la notre banque centrale de l’économie Canadienne. C’était aussi la première journée à la tête de la banque pour Tiff Macklem.  Le nouveau Gouverneur était surtout présent pour donner son appuis à l’analyse de la Banque  qui est plutôt positive dans la situation. 

«la pandémie a entraîné des pertes de production et d’emplois historiques. Cela dit,  l’économie canadienne semble avoir évité le scénario le plus pessimiste présenté dans le Rapport sur la politique monétaire (RPM) d’avril », selon la Banque du Canada qui s’attend tout de même à recul du Produit intérieur brut canadien de 10 à 20 % au deuxième trimestre. Cette estimation ne serait pas seulement reliér à la COVID-19, mais aussi, en partie, en raison de l’investissement nettement plus bas dans le secteur de l’énergie.

 

Les conditions de financement à court terme se sont améliorées.

La Banque du Canada estime que “Les programmes de la Banque visant à améliorer le fonctionnement des marchés produisent l’effet escompté. Après avoir connu des tensions importantes en mars, les conditions de financement à court terme se sont améliorées.”

 

La Banque du Canada réduits certaines opération sur les marchés

La Banque du Canada ralentira le rythme de certaines de ses interventions car elles ont atteint leurs cibles selon elle. Elle précise qu’elle pourrait s’ajuster selon les conditions du marché.

Comme le fonctionnement des marchés s’améliore et que le déconfinement se poursuit, la banque centrale « déplacera son attention sur la reprise de la croissance de la production et de l’emploi ».

Elle réduira entre autre  la fréquence de ses opérations de pension et celle de ses opérations d’achat d’acceptations bancaires, mais Le programme d’achat massif d’actifs sera maintenu « jusqu’à ce que la reprise économique soit bien entamée ».

 

L’incertitude persiste sur les effets économiques de la COVID-19

Deux citations de la Banque Centrale qui montrent qu’on ne peut prévoir précisément les effets de la COVID-19 tant que la crise persiste. 

L’impact mondial de la pandémie de COVID-19 sur l’économie

“Les nouvelles données confirment l’impact considérable de la pandémie de COVID-19 sur l’économie mondiale. Cet impact semble avoir atteint un sommet, bien que l’incertitude concernant le déroulement de la reprise reste élevée”

La Banque du Canada demeure optimiste

«Les mesures budgétaires fermes et ciblées, conjuguées aux taux d’intérêt plus bas, amortissent l’impact des fermetures sur le revenu disponible et aident à jeter les bases de la reprise économique, ajoute-t-on. Bien que les perspectives pour la deuxième moitié de 2020 et au-delà demeurent fortement brouillées, la Banque s’attend à ce que l’économie se remette à croître au troisième trimestre.»




La SCHL plus pessimiste que les banques et la Banque du Canada

SCHL pessimiste coronavirus

Publié le 26 mai 2020 à 9h00 / Mis à jour le 28 mai 2020 à 10h00

Mise à jour du 28 mai 2020 :  La mise à jour tient compte du document officiel publié par la SCHL le 27 mai 2020 "Perspectives du marché de l’habitation 2020 – numéro spécial"

Dans les explications fournis au Comité permanent des finances le 19 mai, Le PDG de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, Evan Siddall trace un portrait sombre pour les propriétaires du Canada. Il prévoit qu’à ce rythme  d’ici septembre, 20% des hypothèques pourraient être en retard. «Jusqu'à un cinquième de tous les prêts hypothécaires pourraient être en souffrance si notre économie ne s'est pas suffisamment rétablie.» pour le citer. 

 

Taux de Chômage et l'endettement des canadiens

Une estimation basée sur le taux de chômage et la capacité des canadiens à rembourser leur prêts considérant l'endettement déjà élevé des canadiens avant la crise du coronavirus.  «Une équipe travaille à la SCHL pour aider à gérer une« falaise de report »de la dette qui se profile à l'automne, alors que certains chômeurs devront recommencer à rembourser leur hypothèque», a déclaré Siddall lors de la vidéoconférence du Comité. 

 

Une baisse de 18% du prix des maisons au Canada

Toujours selon la SCHL, la baisse économique étant aussi attribuable à la chute des prix du pétrole un secteur important de l’économie canadienne. Le prix moyen des maisons au Canada pourrait baisser de 18% sur 12 mois. 

Mise à jour : Le document officiel de la SCHL indique une baisse du prix moyen allant de 9% à 18%. 

Des affirmations beaucoup plus pessimistes que la plupart des analystes 

On pourrait même dire qu’elles détonnent de tout ce que qu’on pouvait lire comme analyse jusqu’ici. Certains se demandent si tout l’aide insufflée par le gouvernement et la Banque du Canada à été prise en compte dans l'estimation de la SCHL. C’est un peu comme si ces efforts de servaient à rien. La banque du Canada elle même estime que le taux de délinquance pourrait passer de 0,25% à 0,8%, on est loin des 20% du PDG de la SCHL. En fait, historiquement, il n’y a jamais eu de taux d'arriérés aussi haut que 20% au Canada.

Pour ce qui est du prix des maisons, les économistes de la Banque CIBC ont avancé, dans un rapport publié le 1er mai, que le prix moyen des demeures pourrait chuter de 5 à 10 % par rapport à 2019 et la firme Moody's avait estimé, dans un rapport publié à la fin avril, que le prix moyen des maisons chutera d'environ 10 %. 

 

Des prédictions à prendre avec des pincettes

Même si les propos  d’Evan Siddall sont jugés exagérés, sa compétence n’est pas mise en doute. Il y a probablement en cela une intention louable de se préparer au pire. Le contexte complètement nouveau amené par la crise du coronavirus nous empêche de faire des prédictions efficaces. 

Nous ne connaissons pas :

  • La durée de la crise du coronavirus

  • L’ampleur de toutes les mesures gouvernementale

  • L’impacts des mesures gouvernementales

  • Les effets des décisions de la Banque du Canada

  • Et tout ce qui peut se passer à l’extérieur du pays.

 

Si les prévisions économiques ont toujours été fastidieuses, aujourd’hui, c’est presqu’impossible. La meilleure prédiction est problablable qu’en continuant d’agir, nous avons plus de chances que les prévisions soient favorables.



Un rapport spécial de la SCHL sera publié demain 27 mai 

“La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) publiera son numéro spécial des Perspectives du marché de l'habitation (PMH). Dans son numéro spécial des PMH, la SCHL fournira des prévisions nationales et provinciales sur le marché de l'habitation, donnera un aperçu de la trajectoire future du marché de l'habitation au Canada et décrira les risques qui planent sur l'activité. Le rapport sera disponible le mercredi 27 mai à 12h00 (heure de l'Est).”

Nous mettrons à jours ce billet selon les tendances hypothécaires selon les précisions du rapport

 

 Mise à jours : Cette version tient compte de la publication du rapport.

 

Les plus récentes tendances hypothécaires

Impact de la COVID-19 sur l'immobilier et les taux hypothécaires

Décisions de la Banque du Cananda à propos du taux directeur

 

2020 :

 

2019 à 2017 :

 

NOUS SOMMES MEMBRES DE